Survie
  • en

Soutenez l’action en justice contre Total !

TOTAL rendez-vous au tribunal !

Soutenez l’action en justice contre Total !

24716 personnes ont déjà signé
Les Amis de la Terre et Survie protègent vos données et vous tiendront informé(e) des futures campagnes.En cliquant sur "Je signe", vous acceptez de recevoir des communications et des formes d'engagement de la part des Amis de la Terre et Survie via les coordonnées collectées dans le formulaire. Conformément à la loi informatique et Libertés du 6 janvier 1978, vous disposez en vous adressant au secrétariat administratif des Amis de la Terre France, 47 avenue Pasteur, 93100 Montreuil et de Survie, 21ter rue Voltaire, 75011 Paris, d'un droit d'accès, de rectification et d'opposition aux informations vous concernant.
  1. UN MEGA PROJET PÉTROLIER DANS LA REGION DES GRANDS LACS EN AFRIQUE

    En 2006, de larges réserves de pétroles ont été découvertes au cœur du parc naturel protégé des Murchison Falls en Ouganda. Total a racheté les parts de la compagnie pétrolière britannique Tullow et s’est ainsi positionnée pour développer un projet d’une envergure colossale en association avec la multinationale chinoise CNOOC.

    Total va forer plus de 400 puits, permettant d’extraire environ 200 000 barils de pétrole par jour. De plus, un oléoduc chauffé appelé "EACOP", géant de 1445 km de long, sera construit pour transporter le pétrole, impactant des territoires à la fois en Ouganda et en Tanzanie.

    En tout, plus de 10 milliards de dollars sont investis pour ce projet pétrolier démesuré.

    Pourtant, la mobilisation citoyenne peut gagner : dans cette même région des Grands Lacs, Total a renoncé à exploiter du pétrole dans le parc naturel des Virunga en République Démocratique du Congo. Il est donc impensable que la multinationale puisse lancer en parallèle un projet similaire en Ouganda, juste de l'autre côté de la frontière.

    Avant même le début de l'exploitation, les impacts sur les populations locales sont déjà désastreux. D'ores et déjà, 118 000 personnes ont été totalement ou partiellement expropriées en Ouganda et en Tanzanie.

    Comprendre de quoi est fait ce méga-projet pétrolier :

    1. Le projet « Tilenga » opéré par Total :
    - développement de 6 champs pétroliers : 419 puits seront forés sur 34 plateformes pétrolières, dont un tiers à l’intérieur même de l’aire naturelle protégée des Murchison Falls, permettant une production d’environ 200 000 barils par jour. Les premiers forages ont commencé en juillet 2023 ;
    - construction d’une zone industrielle, notamment une usine de traitement (« CPF »), en bordure du parc, dans le district de Buliisa.

    2. Une raffinerie et un aéroport, construits par le gouvernement ougandais

    3. Un méga-oléoduc chauffé (« EACOP » - East Africa Crude Oil Pipeline), construit par un consortium composé de la multinationale française Total, la chinoise CNOOC et les gouvernements ougandais et tanzanien, qui traversera 1445 km depuis la raffinerie jusqu’au port de Tanga en Tanzanie.

    4. D’autres infrastructures (construites par Total, ses partenaires et le gouvernement), dont notamment :

    - un système de pompage d’eau du lac Albert pour les besoins des puits pétroliers ;
    - un réseau de 180 km combinés de pipelines, passant y compris sous le Nil, pour transporter pour certains le pétrole et le gaz produits, et pour d’autres l’eau ;
    - des sites de stockage et de traitement des déchets pétroliers ;
    - de nouvelles routes pour faciliter le développement de cette industrie pétrolière.

TOTAL EST ACCUSÉ DE …

  1. BAFOUER LES DROITS HUMAINS

    Des millions de personnes risquent d'être impactées par l’exploitation du pétrole et la construction des infrastructures associées. D'ores et déjà, 118 000 personnes ont été totalement ou partiellement expropriées en Ouganda et en Tanzanie. Selon les témoignages recueillis :

    - de nombreuses familles ont subi des intimidations afin de les obliger à céder leurs terres à Total, bouleversant ainsi totalement leurs modes de vie.

    - les paysan.nes affecté.es ont été privé.es du droit de cultiver librement leurs terres avant même de recevoir une compensation. Ces familles n’avaient plus les moyens d’acheter leur nourriture et ne pouvaient plus bénéficier des fruits de leurs terres, et ce, pendant une période allant jusqu'à plus de 4 ans.

    - les personnes ayant déjà reçu une compensation financière en contestent fortement le montant, expliquant qu’il ne leur suffit pas pour racheter des terres et cultures équivalentes.

    - Des enfants ont dû quitter les bancs de l’école : leurs parents ne peuvent plus payer les frais de scolarité.

    Les habitant·es dépendent principalement de l’agriculture et de la pêche ; des secteurs directement menacés par ce méga-projet. Si rien n’est fait, des milliers de vies seront bouleversées dans l’impunité la plus totale.

    Découvrez leurs témoignages :

  2. MENACER L’ENVIRONNEMENT ET LE CLIMAT

    Suivez l'évolution des travaux via des images satellites sur notre carte enquête interactive, développée par Mémoire Vive et les Amis de la Terre France : eacopmap.org

    Le projet Tilenga est développé en plein cœur d’une aire naturelle protégée qui abrite des écosystèmes exceptionnels.

    C’est un sanctuaire de biodiversité fragile.
    On y trouve de plus de 500 espèces d'animaux dont certaines menacées : lions, éléphants, hippopotames, girafes, phacochères, ainsi que de nombreuses espèces d'oiseaux.

    Le lac Albert, une des sources du Nil, se trouve également dans la zone où Total s’apprête à forer. Sa contamination pourrait être dramatique pour les poissons et les populations qui dépendent de la pêche, sur ce fleuve qui compte parmi les deux plus longs du monde.

    Quant à l'oléoduc EACOP, il traversera de nombreux écosystèmes fragiles, ainsi que le bassin du lac Victoria, plus grande réserve d'eau douce d'Afrique, dont dépendent 40 millions de personnes. Et au bout de l'oléoduc, un port pétrolier et des infrastructures pétrolières ont commencé à être construits à Tanga en Tanzanie au milieu d'aires marines protégées, dans une zone soumise aux risques de tsunamis et cyclones.

    Et le climat ?

    Contenir la réchauffement climatique sous la barre de 1,5 ° est un impératif pour la survie de l’humanité et de la planète. Ce type de projet pétrolier, en plus de présenter un risque direct pour l’environnement, ne fait que contribuer massivement au dérèglement climatique et nous mène tout droit vers la catastrophe. Chaque dixième de degré compte : nous devons empêcher ce projet de voir le jour si nous voulons éviter le chaos climatique.

  3. CONTINUER À PILLER L’AFRIQUE ET Y ASSEOIR SON EMPRISE

    Total est la légataire de Elf. L’ancienne compagnie publique française a été rachetée alors qu’elle était engluée dans des affaires de corruption. Ses dirigeants ont été condamnés par la justice.

    Aujourd’hui, une idée se répand : l’influence des entreprises françaises en Afrique se réduirait pour laisser la place à des capitaux d’autres pays, notamment chinois. Pourtant, leurs affaires se portent bien, dans le pré carré de la Françafrique mais aussi, de plus en plus, en dehors... Y compris dans des pays autoritaires comme l'Ouganda. Total est ainsi l'opérateur principal de ce méga-projet pétrolier dans un pays anglophone.

    Le respect de la loi ?
    En avalant Elf, Total a récupéré ses marchés mais s’est aussi dotée d’un puissant outil d’influence. Total sait se jouer des lois, avec le soutien complaisant des dictateurs et dirigeants, y compris du gouvernement français.

    Découvrez notre enquête :

  1. COMMENT GAGNER CETTE BATAILLE ?

    Depuis de nombreuses années, les Amis de la Terre sont mobilisés pour démanteler le pouvoir des multinationales, et ont ainsi été au cœur du combat pour l’adoption de la loi française sur le devoir de vigilance des multinationales, finalement promulguée en 2017. Survie a soutenu cette bataille législative ouvrant la voie à un nouveau type de procédures judiciaires, et s’associe aux Amis de la Terre pour faire condamner une des entreprises françaises qui pille le sous-sol de l’Afrique.

    Total fait partie des 25 plus grandes multinationales du monde et son activité, décomposée en milliers de filiales, franchises et sous-traitants, l’a rarement exposée à des sanctions juridiques.

    C’est ce système auquel s’attaque cette nouvelle loi française : concrètement, les maisons-mères des multinationales peuvent enfin être tenues responsables des atteintes aux droits humains et à l’environnement que peuvent provoquer leurs activités, en France comme à l’étranger.

    Depuis plusieurs années maintenant, nous enquêtons sur le terrain avec nos partenaires pour faire toute la lumière sur les atteintes commises par Total dans le cadre de ce nouveau projet pétrolier en Ouganda et en Tanzanie.

    Nous avons ainsi rassemblé documents et témoignages qui pointent la responsabilité de Total. Les preuves s’accumulent.

    Avec ce cas concret, nous voulons donc nous assurer de l’application de cette nouvelle loi. Tout d'abord, elle nous permet de saisir la justice avant tout dommage, pour empêcher Total de faire peser des risques considérables et irréversibles sur les habitant·es, la biodiversité, l’environnement et le climat. Surtout, si les juges confirment que des violations sont avérées, cette loi peut nous permettre de faire condamner l'entreprise à réparer les dommages causés et indemniser les populations affectées.

    Total est une multinationale très puissante et cette bataille juridique s'étaler sur plusieurs années. Total va tout tenter pour tuer le procès dans l’œuf et nous faire renoncer. C’est pourquoi le soutien de toutes et tous est essentiel : le pouvoir citoyen peut nous permettre enfin d'obtenir justice face à Total.

    Les étapes de la procédure :

    - 24 juin 2019 : Nous avons envoyé un courrier de mise en demeure à Total, pointant les éléments de non respect de la loi sur le devoir de vigilance par l’entreprise. Elle a trois mois pour nous répondre et se mettre en conformité avec ses obligations : élaborer, publier et surtout mettre en œuvre de façon effective les mesures à même de prévenir les atteintes graves aux droits humains et à l’environnement dans le cadre de ce projet en Ouganda. Voir notre communiqué du 25 juin 2019 et le dossier de presse.

    - 24 septembre 2019 : Au bout du délai légal de 3 mois, Total a répondu à notre mise en demeure niant tout problème dans son plan de vigilance et dans ses pratiques en Ouganda. La situation sur le terrain continue pourtant d'être dramatique. Voir notre communiqué du 26 septembre 2019.

    - 23 octobre 2019 : Nous saisissons le Tribunal de Grande Instance de Nanterre afin d'assigner Total en justice. Il s'agit de la toute première action en justice sur le fondement de la loi sur le devoir de vigilance des multinationales. Au vu de l'urgence, nous avons saisi le juge des référés. Voir notre communiqué du 23 octobre 2019.

    - 12 décembre 2019 : L'audience s'est tenue au tribunal de grande instance de Nanterre. Vu l'importance du dossier, il a été jugé en formation collégiale (3 juges au lieu d'un). Voir notre communiqué du 12 décembre 2019.

    - Depuis leur retour dans leur pays, les deux représentants des communautés venus témoigner à Paris ont été cibles de nouvelles pressions et intimidations. Voir nos communiqués des 14 et 26 décembre, et l'appel urgent de la FIDH

    - 30 janvier 2020 : Le tribunal de grande instance de Nanterre a rendu sa décision, se déclarant incompétent au profit du tribunal de commerce. Il ne s'est pas prononcé sur le fond de l'affaire, cette décision ne contredit donc en rien nos accusations portées contre Total. Voir notre communiqué du 30 janvier 2020.

    - 16 mars 2020 : Nous faisons appel dans un contexte de justice au ralenti en raison de la crise du coronavirus. Voir notre article du 25 mars 2020, suite auquel Total a demandé un droit de réponse.

    - 28 octobre 2020 : Audience à la Cour d'appel de Versailles. A cette occasion, nous publions une nouvelle enquête qui révèle que les violations des droits des communautés persistent et touchent maintenant plus de 100 000 personnes en Ouganda et en Tanzanie.

    - 10 décembre 2020 : La Cour d'appel de Versailles confirme la décision de première instance donnant compétence au tribunal de commerce. Nous décidons de nous pourvoir en cassation. Voir notre communiqué du 10 décembre 2020.

    - Le harcèlement et les intimidations visant des opposants au projet s'intensifient en Ouganda, avec des arrestations de membres de notre association partenaire AFIEGO en mai et en octobre.

    - 15 décembre 2021 : La Cour de cassation tranche en notre faveur, reconnaissant la compétence du tribunal judiciaire. Le fond de l'affaire va enfin pouvoir être examiné. Voir notre communiqué de presse.

    - 7 décembre 2022 : une nouvelle audience de première instance a lieu, cette fois-ci devant le tribunal judiciaire de Paris, désormais exclusivement compétent pour les affaires fondées sur le devoir de vigilance. Plus de 200 personnes - journalistes, universitaires, juristes, partenaires associatifs, militants - y assistent. Voir notre communiqué.

    - 28 février 2023 : le tribunal botte en touche, déclarant notre action en justice irrecevable pour des questions controversées de procédure. Voir notre communiqué.

    - 27 juin 2023 : 26 personnes affectées, le défenseur des droits humains Maxwell Atuhura et cinq associations ougandaises et françaises (AFIEGO, les Amis de la Terre France, NAPE/Amis de la Terre Ouganda, Survie et TASHA Research Institute) assignent de nouveau Total en justice sur le fondement de la loi sur le devoir de vigilance. Voir notre communiqué et le dossier de presse ainsi que la vidéo de témoignages :



Témoignages

Anna, 77 ans

Total est venu et a divisé nos familles.

Geoffrey, 40 ans

Certains terrains proposés sont loin de tout, des écoles comme des hôpitaux, et il n'y a même pas de routes pour y accéder.

Kisembo, 54 ans

Les intimidations étaient vraiment très fortes : ils sont venus chez nous à plusieurs reprises pour nous intimider et nous forcer à signer.

Moses, 37 ans

La perte de mes terres a totalement bouleversé ma vie, nous vivons la famine au quotidien...

Rosta, 38 ans

Actuellement, je vis dans le regret d’avoir perdu mes terres.

Nyakalaya, 70 ans

En me privant de mes terres, l’accès à des besoins vitaux comme la nourriture ou payer les frais de scolarité est devenu compliqué.

Mobabazi, 45 ans

Nos enfants ne sont pas allés à l’école depuis 2017, car nous ne pouvons plus cultiver nos terres et vendre nos récoltes.

Richard, 41 ans

Pour éviter les frais de justice, j’ai préféré signer pour ce faible montant d’indemnisation.

Jonathan

A chaque saison, je gagnais plus avec mes manguiers qu’avec ce que Total m’a donné.

Mobilisations citoyennes

Mob 1

Marche LookUp le 12 mars 2022 à Paris.
© Alban Grosdidier.

Mob 2

Marche LookUp le 12 mars 2022 à Paris.
© Alban Grosdidier.

Marche LookUp le 12 mars 2022 à Paris.
© Alban Grosdidier.

Marche LookUp le 12 mars 2022 à Paris.
© Alban Grosdidier.

Marche LookUp le 12 mars 2022 à Paris.
© Alban Grosdidier.

AG 2022

Blocage de l'Assemblée générale 2022 de Total
© Basile Mesré-Barjon

Action de désobéissance civile - 700 militants perturbent l'Assemblée générale de Total 2023
© Kenia Sadoun

AG 2023

Action de désobéissance civile - 700 militants perturbent l'Assemblée générale de Total 2023

PARTAGEZ LA CAMPAGNE